Posted on Laisser un commentaire

GOT SAISON 8 EPISODE 5

Varys a pris sa décision

Suite à sa conversation avec Tyrion Lannister, Varys est en train de coucher sur le papier un message qui révèle la véritable identité de Jon Snow et le fait qu’il soit l’héritier légitime du Trône de Fer. Soudain, on frappe à sa porte et un enfant, l’un de ses informateurs, vient le prévenir que « Non », ajoutant « Elle ne veut pas manger ». On ignore de qui elle parle. Varys lui répond : « Nous réessaierons au souper ». Essaie-t-il d’empoisonner quelqu’un ?

L’enfant lui explique : « Je pense qu’on me surveille. Ses soldats ». Varys rassure la petite fille, qui se prénomme Martha, en lui disant que c’est leur rôle de le faire et en lui rappelant que plus grand est le risque, plus grande est la récompense. Quand l’enfant repart, on apprend qu’elle travaille dans les cuisines ce qui semble confirmer la théorie de l’empoisonnement.

Tyrion, de son côté, est préoccupé. Il observe Varys, qui accueille justement une barque sur la petite plage. C’est Jon Snow, qui l’informe que les armées du Nord sont en train de traverser le Trident et arriveront à Port-Réal d’ici deux jours. Il prend des nouvelles de Daenerys et apprend qu’elle ne quitte pas ses appartements et refuse toute nourriture… ce qui laisse entendre que c’est bien d’elle que parlait Varys au début de l’épisode.

Jon Snow et Varys
Jon Snow et Varys

Varys s’adresse à Jon Snow pour lui faire comprendre en termes à peine voilés ce qu’il pense de la situation : il sait ce que Daenerys Targaryen s’apprête à faire à Port-Réal et il ne le cautionne pas, même si Jon lui rappelle que c’est la reine et qu’elle a le dernier mot. « Les hommes décident où réside le pouvoir, qu’ils le sachent ou pas », glisse Varys. Quand Jon lui demande ce qu’il veut d’un ton ferme, il répond avec la même fermeté : « Ce que j’ai toujours voulu : le bon dirigeant sur le Trône de Fer ».

Il partage avec Jon Snow une maxime concernant les Targaryen, disant que lors d’une naissance dans cette maison, on lance une pièce et l’on retient son souffle en attendant qu’elle retombe. Il conclut la conversation avec Jon en disant qu’il ne sait toujours pas de quel côté celle de Daenerys est retombée mais qu’en revanche, il est certain du devenir de la sienne.

Varys ne cache plus son jeu : Jon Snow a beau lui répéter qu’il ne souhaite pas monter sur le trône, le Maître des Chuchoteurs lui répond qu’il fera un bon Roi, un Roi sage, alors qu’elle… Il laisse sa phrase en suspens et Jon la termine : « Elle… est ma Reine ». Il campe fermement sur ses positions, sous le regard attentif de Tyrion Lannister.

Le nain, justement, rejoint Daenerys dans la salle de la table peinte, où elle paraît abattue. Il lui annonce qu’il y a quelque chose qu’elle doit savoir et elle devine aussitôt : « Quelqu’un m’a trahie ». Elle pense qu’il s’agit de Jon mais Tyrion lui révèle la vérité : Varys. Et elle en sait beaucoup plus qu’il ne l’escomptait, puisqu’elle sait que Varys connaît la véritable identité de Jon, parce que Tyrion la lui a révélée… et elle sait qu’il a lui-même appris l’information par Sansa.

Daenerys campe donc sur sa position : Jon Snow l’a trahie car elle lui avait demandé de ne rien révéler. Tyrion lui explique qu’il est normal pour lui d’avoir cette information en tant que Main de la Reine. Daenerys est en colère qu’il ait parlé à Varys sans lui parler d’abord. Puis elle demande pourquoi, selon lui, Sansa lui a révélé la véritable identité de Jon. « Parce qu’elle me fait confiance », répond Tyrion.

Daenerys est persuadée que c’est précisément dans ce but que Sansa Stark lui a fait cette révélation : pour qu’il se charge de propager l’information afin de la détruire. Chose qu’il a faite. Tyrion la rassure sur ses intentions, son désir d’un monde meilleur… un désir que Varys partage, au fond. « Mais ça n’a plus d’importance maintenant ». Les yeux pleins de larmes, elle confirme que ça n’a plus d’importance.

Daenerys Targaryen - Saison 8
Daenerys Targaryen – Saison 8

À la nuit tombée, Varys est en train d’écrire quand il entend des pas qui s’approchent de la pièce où il se trouve. Il décide alors de brûler en hâte le message qu’il est en train de composer et retire ses bagues. Ver Gris, à visage découvert, accompagné de plusieurs soldats au visage caché, vient le chercher dans ses appartements et le conduit sur la plage au pied du château de Peyredragon.

Un comité d’accueil composé notamment de Jon Snow, Daenerys Targaryen et Tyrion Lannister l’attend. Varys sait pourquoi il est là et Tyrion assume sa décision de tout révéler à la reine en s’approchant de Varys et en lui avouant avec honnêteté : « C’était moi ». Varys n’a pas l’air surpris, il hoche la tête, semblant presque satisfait de connaître la vérité. Il conclut en déclarant « J’espère avoir tort ». Il est évident qu’il fait référence à tous ses soupçons concernant Daenerys car sa phrase suivante, « Au revoir, vieil ami », montre qu’il est lucide quant à son propre destin.

Après ce bref échange, Daenerys se place face à lui, décline ses titres royaux et prononce sa sentence : la mort. Drogon ouvre la gueule derrière elle, prêt à agir… et, sans remords d’aucune sorte, elle ordonne : « Dracarys ». Le dragon met quelques instants avant de cracher du feu, laissant le temps à Varys de regarder la mort en face. Daenerys regarde froidement la scène, tandis que Jon semble pensif. Cette mise à mort le pousse-t-elle à réfléchir ? Rien n’est moins sûr.

Un peu plus tard, la reine reçoit Ver Gris au coin du feu et lui remet tout ce qu’il reste de Missandei, sa seule possession au monde, avec laquelle elle avait traversé le détroit : son ancien collier d’esclave. Ver Gris le balance aussitôt dans les flammes puis Jon Snow arrive et elle congédie le fidèle Immaculé pour rester seule avec Jon.

Après un long silence, elle débute la conversation par ces mots : « Qu’avais-je prédit qu’il arriverait si tu en parlais à ta sœur ? » Elle est toujours convaincue que Sansa est la cause de tous ses maux… et qu’elle est la « co-assassine » de Varys autant qu’elle. C’est une façon de voir les choses ! Daenerys est bien consciente d’une réalité, en tout cas : « Bien plus de gens à Westeros t’apprécient qu’il y en a qui ne m’apprécient. Je ne reçois pas d’amour ici. Seulement de la peur ».

Jon lui répond qu’il l’aime et qu’elle sera toujours sa Reine. « Est-ce tout ce que je suis pour toi ? Ta Reine ? » Elle vient se placer devant lui et ils échangent un baiser… mais comme la fois précédente, Jon ne s’y implique pas vraiment, conscient que Daenerys est de son propre sang. « Très bien », conclut-elle. « Que ce soit de la peur ». Elle se persuade ainsi que c’est la seule chose que ressent Jon à son égard.

Daenerys confirme sa volonté d’attaquer

Plus tard, Daenerys discute avec Tyrion des plans relatifs à l’assaut de Port-Réal. Elle semble persuadée que le peuple saisira l’arrivée de son armée comme une occasion de se rebeller contre Cersei mais Tyrion lui explique que ce qu’elle a vécu à Meereen – où les esclaves eux-mêmes ont pris part à la libération de la ville – a peu de chance d’arriver à Port-Réal. Les gens ont bien trop peur car toute rébellion contre Cersei se solde en général par l’assassinat de leur famille.

Mais Daenerys rétorque que ce n’est pas de sa faute s’ils sont les otages d’un tyran. Elle n’a pas l’intention de renoncer à son projet d’attaque, même si de nombreux enfants doivent mourir. Ignorant les supplications de Tyrion qui lui demande de reconsidérer cet assaut, elle se tourne vers Ver Gris et lui ordonne de préparer ses Immaculés et de partir le soir même rejoindre les armées du Nord à Port-Réal.

Tyrion supplie une dernière fois qu’on laisse une chance aux gens de s’en sortir : « Si la ville se rend, ils sonneront les cloches et ouvriront les portes. Je vous en prie, si vous les entendez sonner les cloches, annulez l’attaque ».

Mais Daenerys, après l’avoir longuement regardé, ne donne aucun ordre supplémentaire à Ver Gris en ce sens. Alors que Tyrion, abattu, s’éloigne, elle lui glisse que son frère Jaime a été intercepté alors qu’il tentait de franchir leurs lignes. « On dirait qu’il n’a pas abandonné votre sœur, après tout ». Tyrion semble pétrifié par l’information, qu’il n’avait pas vue venir.

« La prochaine fois que vous me décevez sera aussi la dernière », menace Daenerys, plus glaciale que jamais.

Projets d’évasion

Le lendemain, c’est avec la mine sombre que Tyrion accompagne Daenerys vers Port-Réal. Davos lui apprend que l’arrière-garde arrivera le lendemain, avant le lever du jour. Jon appuie l’idée que la Reine veut attaquer tout de suite, au lever du jour au plus tard. Alors que Davos s’éloigne, Tyrion le retient et lui dit : « J’ai besoin de te demander une faveur. Tu es le plus grand contrebandier en vie, n’est-ce pas ? »

« Je ne vais pas aimer cette faveur, n’est-ce pas ? » répond Davos. Nous n’entendons pas les propos de Tyrion mais il pourrait bien chercher à exfiltrer son frère Jaime avant qu’il n’aille se fourrer à nouveau dans la gueule du loup.

La nuit tombe sur Port-Réal quand Arya Stark et Sandor Clegane arrivent sur place. Sans aucune hésitation, Arya décline sa véritable identité à un soldat et ne s’arrête pas là puisqu’elle annonce qu’elle est ici pour tuer la reine Cersei. Sandor appuie ses propos : si elle tue Cersei, la guerre prendra fin, le siège prendra fin, peut-être même que lui, simple soldat, ne mourra pas le lendemain.

Le soldat semble déboussolé et annonce qu’il doit parler avec son capitaine. « Très bien, allez lui parler », déclare Clegane… et ils profitent de l’occasion pour se diriger avec un bel aplomb vers Port-Réal, sans que personne ne les intercepte.

De son côté, Tyrion essaie de parler la même langue que les Immaculés pour se frayer un passage jusqu’à son frère… et après quelques échecs, un homme finit par lui dire qu’ils parlent bien la langue commune. Il demande à rester seul avec le prisonnier et leur ordonne d’aller se reposer car le lendemain sera une longue journée.

Les hommes répondent qu’ils ont reçu l’ordre de surveiller le prisonnier mais, apprenant que l’ordre ne provient pas de la reine elle-même, Tyrion profite de son statut de Main du Roi pour donner un contre-ordre… et les Immaculés s’éloignent.

Il retrouve Jaime et lui demande aussitôt comment ils l’ont reconnu. L’homme lève sa main dorée en guise de réponse. Tyrion lui demande s’il a envisagé de la retirer à un moment donné et il rétorque qu’un jour, Cersei l’a appelé « le plus stupide des Lannister ». « Et tu retournes auprès d’elle, pour mourir avec elle ». Jaime ne dément pas, mais répond qu’il est déjà arrivé par le passé que l’on sous-estime Cersei. « Elle va mourir, à moins que tu ne réussisses à la convaincre de changer le cours de ses actions », annonce Tyrion.

Jaime Lannister prisonnier
Jaime Lannister prisonnier

Jaime paraît dubitatif car il pense que personne ne peut vraiment faire changer Cersei d’avis quand elle a décidé quelque chose. Tyrion le supplie de le faire, au moins pour les milliers d’innocents qui vont mourir dans l’assaut de Port-Réal, mais Jaime admet très franchement qu’il se moque de tous ces gens.

Tyrion essaie ensuite de lui parler du bébé qu’attend Cersei, peut-être sera-t-il un meilleur argument. Mais au contraire, selon Jaime, sa présence ne fait que renforcer la détermination de Cersei… et les choses les plus terribles qu’elle ait faites, elle les a faites pour ses enfants. Jaime paraît nourrir l’espoir un peu fou que sa sœur s’en sorte, une fois encore, même si Tyrion lui assure que ce ne sera pas le cas cette fois-ci.

Jaime lui rappelle tous les atouts que Cersei a dans sa manche : les forces de Daenerys sont affaiblies, elle n’a plus qu’un seul dragon sur trois, Cersei a dans son camp l’armée Lannister et la Compagnie Dorée… Mais Tyrion le répète : la ville tombera le lendemain. Il la connaît comme sa poche et il le sait. « Alors je mourrai demain », conclut Jaime.

Tyrion essaie de comprendre, cet attachement toxique mais visiblement impossible à briser, entre un frère et sa sœur jumelle. Il essaie de convaincre Jaime de fuir, avec Cersei s’il le faut puisqu’il n’y a que ça qui pourrait le convaincre de se sauver. Il lui parle de l’endroit secret où ils s’étaient un jour retrouvés, sous le Donjon Rouge, là où se trouve un squelette de dragon.

Il ordonne à Jaime de descendre ici avec Cersei, de suivre le chemin aussi loin sous terre que possible. « Tu arriveras sur une plage, où un petit canot t’attendra. Quitte la baie par la mer. Si les vents sont favorables, tu arriveras à Pentos. Commence une nouvelle vie ».

Le plan paraît fou aux yeux de Jaime. Partir tranquillement par la mer, au nez et à la barbe de la flotte des Iles de Fer ? Peu probable ! Mais selon Tyrion, la flotte des Iles de Fer ne sera pas là bien longtemps…

Jaime donne néanmoins sa parole à Tyrion : il suivra ses ordres. Le nain lui demande une dernière chose : de donner l’ordre, avant de partir, de faire sonner les cloches de Port-Réal. Avant de fuir, libéré par Tyrion, Jaime lui dit que Daenerys aura sa tête si elle apprend cette trahison.

Le nain répond que si la Reine arrive jusqu’au trône sans un bain de sang, peut-être aura-t-elle un peu de pitié pour l’homme qui a permis cela. Et accessoirement, il est prêt à donner la vie d’un « nain pas si innocent que ça » si cela peut permettre de sauver plusieurs dizaines de milliers de vies innocentes.

Il ajoute enfin qu’il est prêt à risquer sa vie pour Jaime Lannister pour une bonne raison : sans lui, il n’aurait jamais survécu à son enfance car c’est la seule personne qui ne l’a pas traité comme un monstre. « Tu étais tout ce que j’avais ». Les yeux de Jaime se remplissent de larmes et les deux frères se serrent dans les bras. Quoi qu’il advienne, ils savent que ce sont probablement leurs adieux. Puis Tyrion s’en va, aussi vite qu’il est arrivé.

L’heure du face-à-face a sonné

Le jour s’est levé sur Port-Réal. Les cloches sont toujours muettes et dans la baie, Euron Greyjoy supervise la flotte des Iles de Fer. Les archers se préparent car on a repéré du mouvement à l’horizon, on charge les scorpions, ces énormes arbalètes capables d’abattre un dragon. La population se calfeutre à l’intérieur, consciente que la tension est en train de monter d’un cran.

Clegane et Arya se faufilent dans les rues parmi la foule, profitant de l’agitation générale. Jaime Lannister fait de même… Il s’est couvert la tête avec une capuche mais choisit de retirer le gant qui masquait sa main dorée.

Les soldats de la Compagnie Dorée vont se mettre en place devant les remparts de Port-Réal, guidés par le capitaine Strickland juché sur un cheval blanc. Face à lui, à faible distance, les armées venues du Nord font pâle figure. Les hommes ont l’air sales, fatigués, âgés, rien à voir avec la belle prestance affichée par la Compagnie Dorée.

Le capitaine de la Compagnie Dorée - Game Of Thrones saison 8
Le capitaine de la Compagnie Dorée – Game Of Thrones saison 8

Davos, Tyrion et Jon observent la scène de loin et Tyrion se sent obligé de rappeler à Jon que « si l’on entend les cloches sonner, ça veut dire qu’ils se rendent. Rappelle tes hommes ». Mais Jon pourra-t-il vraiment donner un tel ordre alors qu’il obéit à la moindre instruction de Daenerys Targaryen ? Il préfère s’éloigner.

A Port-Réal - Saison 8 épisode 5
A Port-Réal – Saison 8 épisode 5

Cersei observe la ville d’un air satisfait. Pendant ce temps, la population continue à essayer de se réfugier à l’abri des portes de la ville mais les soldats ordonnent leur fermeture et beaucoup de gens se retrouvent coincés à l’extérieur, exposés à l’attaque de Daenerys. Et parmi eux, un homme : Jaime Lannister.

Il comprend qu’il va être très difficile à présent de rejoindre Cersei. Au milieu de la foule, il essaie d’interpeller le soldat en levant sa main dorée pour jouer de son identité de Lannister mais l’homme ne l’entend pas tant la foule gronde et Jaime comprend rapidement qu’il n’a aucune chance de pénétrer par ce biais dans la ville elle-même. Il choisit alors de rebrousser chemin et de trouver une autre option.

Sur son bateau, Euron Greyjoy est soudain alerté par un bruit… et Drogon arrive à vive allure dans sa direction. Daenerys est sur son dos.

Euron Greyjoy - Saison 8 épisode 5 de Game Of Thrones
Euron Greyjoy – Saison 8 épisode 5 de Game Of Thrones

Le premier tir d’arbalète le manque et le dragon profite du petit répit que cela lui accorde pour ratisser efficacement à grand renfort de flammes toute la baie. Méthodiquement, il met le feu à chacun des bateaux et ne laisse pas le temps aux soldats de recharger leurs armes. Il se dirige droit vers Port-Réal.

Pendant ce temps, la tension monte entre Ver Gris et Strickland qui se font face. On entend le bruit des explosions au loin, les chevaux pressentent qu’il se passe quelque chose et hennissent. Strickland paraît inquiet… et soudain, une énorme explosion retentit, déchirant les portes de la ville et soufflant littéralement les hommes de la Compagnie Dorée qui se trouvaient là.

Explosion à Port-Réal - Game Of Thrones
Explosion à Port-Réal – Game Of Thrones

Les Immaculés lancent l’assaut, des hommes brûlent vifs dans de terribles souffrances. Le capitaine Strickland a miraculeusement survécu… mais pas pour longtemps car Ver Gris se charge personnellement de l’abattre, alors qu’il tentait de s’enfuir à pied pour sauver sa peau.

Les Immaculés profitent de la brèche ouverte par Drogon dans les remparts pour s’engouffrer dans la ville. C’est une véritable boucherie et le dragon s’attaque de son côté à tous les archers qui occupent les remparts autour de la ville, ainsi qu’aux abords de ces mêmes remparts. Certains hommes préfèrent s’achever à l’arme blanche à l’instant où ils s’enflamment, privilégiant une mort rapide à la terrible souffrance causée par les flammes.

On ne peut s’empêcher de penser aux récits relatifs au Roi fou, Aerys II Targaryen, père de Daenerys, qui avait ordonné que l’on brûle Port-Réal alors que Robert Baratheon marchait sur la ville.

Depuis son donjon, Cersei contemple l’horizon, impassible. Au loin, tous les remparts prennent feu les uns après les autres. On aperçoit Tyrion qui semble chercher le corps de son frère parmi tous les soldats tombés…

Qyburn vient trouver Cersei, qui déclare : « Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’un seul bon tir ». Mais le mestre déchu n’a pas de bonnes nouvelles : toutes les puissantes arbalètes conçues pour abattre Drogon ont été détruites. Cersei refuse d’admettre sa défaite, elle rappelle que la flotte d’Euron Greyjoy garde la baie et qu’Euron a déjà tué un dragon. Mais Qyburn l’informe que cette flotte-là aussi est en feu, qu’une brèche a été ouverte dans les remparts de la ville.

Cersei est convaincue que ses hommes se battront jusqu’au dernier pour protéger leur reine et que le Donjon rouge n’étant jamais tombé, ce n’est pas aujourd’hui qu’il tombera.

Les Immaculés progressent dans les rues de la ville avec, à leur tête, un trio composé de Jon, Davos et Ver Gris. A pied. Ils éliminent sur leur passage tous les soldats qu’ils croisent. Les deux armées finissent par se retrouver face à face : Immaculés vs. Lannister. Pendant ce temps, Tyrion a fini d’examiner les corps et a visiblement conclu que Jaime n’était pas parmi eux.

Il fixe les cloches qui restent obstinément muettes. Pendant ce temps, Jaime court, court aussi vite qu’il le peut. Et dans les rues, la foule court, court aussi vite qu’elle le peut, terrorisée par les cris de Drogon qui se pose sur les remparts. Les Lannister hésitent. Jon hésite. Et soudain, tous les soldats Lannister jettent leurs épées à terre en signe de reddition. Visiblement, face à la présence du dragon, ils préfèrent sauver leur peau. Cersei connaît bien mal la nature humaine !

Tout le monde se met alors à hurler qu’il faut sonner les cloches pour annoncer publiquement que la ville se rend. Cersei reste impassible. Jaime s’empare d’une épée et continue à progresser à contre-courant dans les rues. Tyrion garde le regard fixé sur les cloches. Daenerys trône sur le dos de Drogon, face au Donjon Rouge, entendant distinctement les cris qui hurlent de sonner les cloches.

Et enfin, les cloches se mettent à sonner. Cersei ferme les yeux. Jon soupire de soulagement. Quant à Daenerys…

Le choix de Daenerys

En entendant les cloches, Daenerys semble craquer… et prend son envol avec Drogon, fonçant droit vers le Donjon rouge sous les cris terrifiés de la foule.

Et elle prend une décision. Celle de lancer l’assaut envers et contre tout. Au diable les cloches, au diable les innocents, Drogon « dracaryse » les rues sous le regard horrifié de Tyrion.

Et rapidement, tout dégénère. Les Lannister réalisent qu’il n’y a pas de cessez-le-feu, Ver Gris passe à l’attaque et Jon reste pétrifié… Au départ, il tente bien de retenir ses hommes mais rien n’y fait, et Ver Gris est animé par une réelle soif de vengeance après la mort de Missandei. Après tout, il n’a plus rien à perdre.

Drogon met le feu à TOUTE la ville, rue par rue, avec le même caractère méthodique qu’il avait employé pour mettre le feu à la flotte des Iles de Fer. Le feu s’engouffre partout et les hommes qui n’y succombent pas sont abattus à l’arme blanche, en dépit de leurs supplications. Davos essaie d’évacuer les innocents mais des enfants sont témoins de scènes atroces, magnifiant toute l’horreur de cet assaut sans pitié.

Port-Réal en proie aux flammes
Port-Réal en proie aux flammes

Autour de Jon, tous les sons sont atténués comme s’il réalisait brutalement son erreur, sa méprise sur Daenerys, son isolement. Il ne tue que lorsque c’est vraiment nécessaire et le reste du temps, il regarde. Il regarde le massacre des innocents, les enfants qui se retrouvent au cœur de cet enfer… et il finit par sauver la vie d’une femme, ne supportant plus cette violence gratuite.

Pendant ce temps, Drogon se dirige vers le Donjon Rouge, où Cersei reste toujours impassible.

Duel sans merci

De son côté, Jaime Lannister est parvenu à rejoindre la plage… sans Cersei. Il découvre le bateau mis à sa disposition par Tyrion… mais est interrompu dans sa fuite par l’arrivée d’Euron Grejoy, qui sort de l’eau, visiblement rescapé de l’attaque de sa flotte. Jaime lui propose une alliance pour exfiltrer la Reine de Port-Réal. Mais Euron lui répond d’écouter… d’écouter le son d’une ville en train de mourir. Selon lui, c’est fini. « Peut-être pour vous », rétorque Jaime en lui tournant le dos. On entend aussitôt le son d’une épée.

Fidèle à son horrible arrogance, Euron commence à taquiner Jaime. Il est le Roi, il a couché avec la Reine et il envisage d’apporter la tête de Jaime à Cersei « pour qu’il puisse l’embrasser une dernière fois ». Fou de rage, Jaime tire à son tour son épée. Pendant que les deux hommes se battent, Drogon trace un cercle de feu autour du Donjon Rouge, qui provoque l’effondrement d’une bonne partie du bâtiment.

La bagarre entre Jaime et Euron dégénère en tentatives d’étranglement et en coups de poings. Les deux amants de Cersei s’entretuent littéralement à mains nues. Jaime semble avoir le dessus mais dans un ultime sursaut, Euron s’empare d’une épée tombée à terre et la lui plante dans le corps.

Pendant ce temps, Qyburn essaie de convaincre Cersei que cette fois, il est vraiment temps de partir. Elle s’obstine à rester dans le Donjon Rouge, qu’elle estime être le lieu le plus sûr de Port-Réal. Mais Qyburn lui répète que les Immaculés sont dans la ville. Elle fond en larmes, tandis que Qyburn lui propose de se replier dans la Citadelle de Maegor, la plus grande tour du Donjon Rouge, celle où Cersei s’était réfugiée quand Stannis Baratheon avait attaqué Port-Réal.

Cersei Lannister - Game Of Thrones saison 8 épisode 5
Cersei Lannister – Game Of Thrones saison 8 épisode 5

Cersei pleure et accepte finalement de lui prendre la main et de se laisser guider. Peu après, des explosions vertes apparaissent un peu partout dans la ville : le feu grégeois, la menace qui planait sous Port-Réal depuis longtemps… Voilà donc pourquoi Tyrion savait que la ville n’avait aucune chance. Rappelons qu’il connaissait parfaitement l’existence du feu grégeois puisqu’il l’avait lui-même utilisé lors de la bataille de la Néra.

Sur la plage, Euron prononce l’oraison funèbre de Jaime, qui agonise. « Tu t’es bien battu, pour un estropié ». Dans un ultime sursaut de vie, Jaime trouve la force de se traîner jusqu’à une épée, de la saisir et de la planter bien profondément dans Euron Greyjoy. « Un autre Roi à ton palmarès », note Greyjoy. « Mais je t’ai eu », ajoute-t-il. Il se laisse mourir en se berçant de cette phrase : « Je suis l’homme qui a tué Jaime Lannister ».

Jaime Lannister, de son côté, utilise ses dernières forces pour partir à la recherche de Cersei.

Régler ses comptes

Pendant que Port-Réal s’effondre à petit feu, Arya Stark et Sandor Clegane finissent par arriver dans la très belle salle où une carte du royaume est peinte au sol. Sandor estime qu’il est temps pour Arya de fuir : Cersei sera éliminée par le feu, un Dothraki, mangée par le dragon, n’importe quoi, ça paraît évident désormais qu’elle ne s’en sortira pas. Il conseille à Arya de rentrer chez elle, car rester ici va signer son arrêt de mort.

Mais Arya ne l’écoute pas, cela fait si longtemps qu’elle attend ce moment. « Je vais la tuer », dit-elle en s’éloignant. Sandor la rattrape par le bras en lui disant qu’elle pense attendre sa vengeance depuis longtemps mais que lui a attendu la sienne toute sa vie. « Et regarde-moi, tu veux être comme moi ? » lui dit-il, en lui tapotant la tête avec une sincère bienveillance.

Arya finit par l’interpeller, par son prénom, avec la même bienveillance. « Sandor… merci », lui glisse-t-elle. Il part, l’esprit apaisé, vers son propre destin.

Tout tremble autour d’Arya et alors que Cersei descend se mettre à l’abri, on entend les rugissements du dragon. Soudain, le toit du bâtiment se met à s’effondrer sur elle et ses soldats mais La Montagne/Robert Fort s’interpose et la protège des débris qui chutent. Quand la situation se calme, le Donjon Rouge est à ciel ouvert, plusieurs soldats ont péri… et Cersei, Qyburn et La Montagne se retrouvent face à Sandor Clegane. « Votre Grâce », déclare le Limier.

Aussitôt, les soldats ayant survécu se précipitent vers lui et il s’empresse de les éliminer. Puis il se tourne vers La Montagne et lui dit : « Salut, grand frère ».

Cersei essaie de tempérer les ardeurs de la créature surnaturelle qui la protège, en l’appelant « Ser Gregor »… mais Ser Gregor semble avoir gardé un certain libre arbitre et l’envie d’en découdre avec son petit frère dont il a plongé la tête dans les flammes par le passé. Cersei répète son ordre, Gregor la fixe de ses yeux injectés de sang mais n’obéit pas.

Qyburn tente à son tour d’intervenir… et Gregor lui écrase littéralement la tête d’un geste, avant de balancer son corps contre un tas de pierres. Cersei en profite pour s’en aller, toute seule, passant à côté de Sandor Clegane qui n’essaie pas de l’arrêter.

Il est temps pour les deux frères de régler leurs comptes. Sandor se bat comme un beau diable, Gregor perd son armure dans la bataille et l’on découvre son visage depuis qu’il a été « ressuscité » par Qyburn. Celui d’un monstre.

Gregor Clegane sans son armure
Gregor Clegane sans son armure

« Oui, c’est bien toi, celui que tu as toujours été », commente le Limier en voyant le vrai visage qu’arbore désormais son frère. Les deux hommes commencent à se battre.

Cersei fuit à petits pas… et finit par tomber sur Jaime. Il tient à peine debout mais la joie qu’elle éprouve en le retrouvant est probablement l’émotion la plus sincère qu’elle ait exprimée depuis bien longtemps. Enfin, ils peuvent trouver un peu de réconfort mutuel à l’heure où tout s’écroule (littéralement) autour d’eux.

« Tu es blessé », finit par réaliser Cersei. « Ça n’a pas d’importance », répond-il. Elle a les mains couvertes de sang et seulement la force de constater l’évidence : « Tu saignes ». Il essaie de l’entraîner à l’abri tandis que tout recommence à s’effondrer autour d’eux, Drogon poursuivant ses assauts.

Cersei retrouve Jaime
Cersei retrouve Jaime

L’heure des règlements de compte

Pendant ce temps, Sandor a beau transpercer son frère avec son épée, rien n’y fait : la créature ne meurt pas. Ou plutôt, ne « re-meurt pas ». Et revient même à la charge.

Arya, de son côté, semble avoir écouté Sandor puisqu’on la voit tenter de trouver son chemin dans les rues envahies par la poussière. Elle croise des gens perdus qui cherchent un être cher, de pauvres bougres au visage brûlé, des blessés que l’on essaie de réconforter, des enfants en larmes… Elle se joint à la foule qui court pour sauver sa peau.

Elle finit par tomber et se fait piétiner par la foule tandis que de son côté, Sandor Clegane est en mauvaise posture sous les assauts de La Montagne.

Mais l’espoir est partout, même dans les situations les plus désespérées. Nora, une jeune femme, aide Arya à se relever… et Sandor trouve la force de planter plusieurs fois un poignard dans la tête de son frère alors que celui-ci essaie de l’étrangler. Mais le monstre de Qyburn est décidément très résistant car ces blessures ne lui font absolument aucun effet.

Sandor finit par craquer, il éclate de rire devant l’absurde résistance que met son frère à mourir. Le rire fait place à la souffrance, quand La Montagne lui fait exploser les yeux dans les orbites. Et le Limier opte finalement pour le sacrifice ultime : il propulse son frère contre le mur du Donjon Rouge qui ne résiste pas et ensemble, ils chutent droit dans le brasier allumé par Drogon en contrebas.

Jon Snow est témoin des explosions provoquées par le feu grégeois et a l’air toujours aussi choqué par la tournure que prend la situation. Il réalise quel danger ils courent tous et ordonne enfin à ses hommes de se replier.

Jon Snow, terriblement choqué par l'assaut de Port-Réal
Jon Snow, terriblement choqué par l’assaut de Port-Réal

Arya reprend conscience, en proie à de terribles nausées et couvertes de poussière… mais en vie. Elle échappe de peu à l’effondrement d’un bâtiment et se trouve nez-à-nez avec de pauvres innocents qui se sont réfugiés au même endroit. Voyant qu’il y a des femmes et des enfants – dont Nora, qui lui avait sauvé la vie un peu plus tôt, elle leur explique que leur cachette n’est pas sécurisée et qu’ils vont tous mourir s’ils restent là.

Elle les convainc de sortir… mais à peine dehors, ils sont attaqués par des Dothrakis qui tuent Nora… et Drogon parachève le travail, lançant un jet de feu dans leur direction.

Dans les sous-sols, Jaime est parvenu à conduire Cersei jusqu’à la pièce qui abrite le squelette du dragon. Il espère avoir le temps de la mener jusqu’à la barque… mais les effondrements successifs ont littéralement muré le passage. Il cherche une autre issue tandis que Cersei murmure d’un ton suppliant : « Je veux que notre bébé vive ». Et elle le répète, le répète encore, avant d’ajouter : « Je t’en supplie, Jaime, ne me laisse pas mourir. Je ne veux pas mourir ». Elle le répète, encore et encore. « Je ne veux pas mourir ».

Il la serre contre lui, s’efforce de la sortir de sa panique en lui demandant de le regarder droit dans les yeux. « Rien d’autre n’a d’importance », lui dit-il. « Rien d’autre, à part nous ». Elle semble trouver dans sa voix un étrange apaisement et ils se serrent dans les bras, emportés quelques secondes plus tard dans l’effondrement total du bâtiment. Ensemble, comme ils l’ont toujours été.

Et après ?

Port-Réal est sous une pluie de cendres et Arya a survécu. Perdue, sans doute blessée, mais vivante, encore.

Arya Stark vivante après la destruction de Port-Réal
Arya Stark vivante après la destruction de Port-Réal

Elle commence à marcher dans la ville, prenant conscience du carnage, croisant un corps brûlé de petite taille qui tient encore un jouet à la main. Et un cheval blanc, miraculé lui aussi. Il est méfiant, apeuré mais elle parvient à le réconforter et l’enfourche pour fuir ces terribles scènes à grand galop.

source : www.alleedescuriosites.com
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *