Posted on Laisser un commentaire

GOT SAISON 6 EPISODE 10

A Port-Réal

Le procès de Cersei doit se tenir au septuaire de Baelor et on voit chacun se préparer : Cersei elle-même, Margaery et même le jeune Roi Tommen qui va devoir y assister. Cersei contemple Port-Réal par les fenêtres du Donjon rouge, élégante et muette.

Cersei Lannister
Cersei Lannister

Cersei, tout comme Loras Tyrell, devra être jugée par sept religieux comme cela se faisait autrefois, pour les péchés dont on l’accuse. Le Grand Moineau et tous ceux qui vont vivre ce procès de l’intérieur sont conduits dans le septuaire. Margaery scrute les gens ainsi rassemblés, elle paraît chercher quelqu’un du regard. Le vieux Pycelle, lui, s’est « préparé » à sa manière en allant voir une prostituée. Celle-ci lui demande s’il a son argent mais il répond « Plus tard » avant de partir à son tour pour le septuaire. Alors qu’il s’éloigne, une toute petite fille l’interpelle et lui chuchote quelque chose à l’oreille.

Loras Tyrell est amené le premier au centre du septuaire. Le Grand Moineau lui demande s’il est prêt à faire face à son procès et à plaider coupable ou non coupable devant les Dieux. Loras répond qu’un procès sera inutile car il reconnaît tous les crimes dont on l’accuse : il a bel et bien couché avec des hommes, dont le traître Renly Baratheon, il est coupable de la dépravation, de la malhonnêteté, de la débauche dont on l’accuse. Il explique qu’il accueillera humblement la punition dont les Dieux décideront pour lui.

Le Grand Moineau répond que le jugement des Dieux est dur mais juste. Le Guerrier punit ceux qui croient pouvoir échapper à la justice, la Mère montre de la pitié à ceux qui s’agenouillent devant elle. Loras le fait aussitôt, s’agenouillant devant la personne de la Foi militante qui symbolise la Mère, sous le regard de Mace Tyrell et de Margaery, présents côte à côte. Loras poursuit, déclarant qu’il souhaite dédier sa vie au culte des Sept, renoncer au nom de Tyrell et à hériter de Hautjardin. Il ne pourra ni se marier, ni avoir d’enfants. La nouvelle paraît dure à encaisser pour Mace Tyrell.

Le Grand Moineau lui fait prêter serment et aussitôt, des hommes viennent le maintenir tandis qu’on lui dessine au couteau sur le front la marque des Sept. Mace essaierait bien d’intervenir mais Margaery l’en empêche.

La foi militante en procès au septuaire de Baelor
La foi militante en procès au septuaire de Baelor

De son côté, Tommen entend la porte de ses appartements s’ouvrir derrière lui et déclare : « Je suis prêt pour le procès ». Il voit « La Montagne » qui l’attend mais lorsqu’il tente de s’approcher pour franchir la porte, Gregor Clegane lui met la main sur l’épaule et l’empêche d’avancer.

Au septuaire, Margaery laisse entendre qu’elle est furieuse, elle déclare au Grand Moineau qu’il a « mutilé » son frère alors qu’il avait promis de ne pas lui faire de mal. L’homme répond qu’il tiendra parole : dès que le procès de Cersei sera terminé, « Frère Loras » sera libre de partir. Mais où est Cersei ? Lancel vient informer le Grand Moineau qu’elle ne veut pas se rendre au septuaire pour assister à son propre procès. Le Grand Moineau ordonne à Lancel d’aller la chercher tandis que l’on voit Cersei se servir un verre de vin dans ses appartements.

Tandis que Lancel approche du Donjon rouge, il aperçoit un enfant des rues qui s’en échappe à toute allure… « Allez chercher les autres », ordonne-t-il. Un autre enfant des rues conduit Pycelle dans un sous-sol qui n’est nul autre que le lieu où officie Qyburn. Pycelle paraît surpris, s’étonne de ne pas voir le Roi (« On m’avait dit »… commence-t-il, laissant entendre qu’on lui a menti pour l’attirer ici). Qyburn déclare qu’il regrette que les choses se passent ainsi mais que pour repartir sur du neuf, il faut d’abord se débarrasser de l’ancien. On voit alors de nombreux enfants des rues munis de couteaux… et ils se jettent sur le vieux mestre, l’assassinant promptement.

Pendant ce temps, Lancel progresse dans les sous-sols et soudain, il tombe sur une torche abandonnée sur le sol. Mais alors qu’il veut la ramasser, il reçoit un coup de poignard par derrière. Un enfant, encore. Il s’écroule. Il n’a pas été abattu et il parvient, avec peine, à se traîner sur le sol.

Dans ses appartements, Cersei contemple toujours Port-Réal.

Et au septuaire de Baelor, Margaery commence à s’inquiéter de ne pas voir revenir le bataillon que l’on a envoyé chercher la Reine. Elle attire l’attention du Grand Moineau sur le fait que ce n’est pas normal : Cersei n’est pas là, Tommen n’est pas là non plus. Le Grand Moineau reste placide et lui explique qu’il n’y a pas besoin que Cersei soit là pour affronter la justice des Dieux. Margaery s’emporte, lui disant d’arrêter de penser « aux foutus Dieux » et de l’écouter. « Cersei comprend les conséquences de son absence, ce qui signifie qu’elle n’a pas l’intention de subir ces conséquences », poursuit-elle. « Le procès attendra. Nous devons tous partir ».

Et effectivement, une menace plane… car dans les sous-sols, Lancel se traîne au sol en direction d’une flaque d’un vert vif qui se répand au sol… et près de laquelle brûle un lumignon. Du feu grégeois ! La substance hautement inflammable que le Roi fou voulait utiliser pour déclencher un immense brasier à Port-Réal !

A Baelor, Margaery presse tout le monde de s’enfuir, beaucoup lui obéissent mais il est trop tard : Lancel a atteint son but… et une gigantesque explosion vert vif se produit, une boule de feu détruisant l’intérieur du couloir, le septuaire et une large partie de Port-Réal.

Cersei observe la scène depuis le Donjon Rouge avec un sourire… et Tommen y assiste aussi dans ses propres appartements, horrifié. Puis Cersei va torturer Septa Unella, la religieuse qui l’avait humiliée lors de sa détention. Elle lui fait vivre une pseudo-noyade en lui inondant le visage tandis que la femme se débat, couchée et attachée sur une table. Cersei lui dit qu’elle sait que la septa l’a humiliée pour le plaisir de l’humilier, parce qu’elle aimait ça. Elle comprend car elle-même fait du mal aux autres parce que ça lui fait du bien.

Elle reconnaît ainsi qu’elle a tué son mari parce que c’était bon de se débarrasser de lui. Elle couche avec Jaime parce qu’elle aime le sentir en elle. Elle ment sur leur union parce qu’elle veut tenir leur fils à l’abri des hypocrites. Et elle a tué le septon, les septas et tout ce petit monde parce qu’elle est ravie de les voir brûler, que c’était bon d’imaginer leur choc et leur souffrance. Elle conclut en disant qu’une confession fait du bien dans certaines circonstances.

Elle avait un jour déclaré que la septa mourrait en voyant son visage. Elle avait ainsi juré que ce serait la dernière image que verrait la religieuse. Celle-ci finit par ouvrir la bouche et déclare qu’elle est prête à rencontrer les Dieux. Elle ne paraît pas inquiète à l’idée de faire face à la mort… mais Cersei lui annonce qu’elle ne va pas mourir tout de suite… et que ça va prendre un certain temps.

Puis elle fait entrer Gregor Clegane : « Lui aussi, il est silencieux », commente Cersei. Clegane s’avance, retire enfin le casque qui lui protège le visage… et s’avance vers elle pour la torturer. Cersei, elle, sort de la pièce en répétant : « Honte à vous ! Honte à vous ! Honte à vous ! », la phrase que la foule devait scander quand elle faisait sa marche d’expiation, nues dans les rues de Port-Réal.

Les Lannister ont un sens de la vengeance bien développé !

Tommen contemple, le visage défait, l’énorme incendie qui ravage le septuaire et tout le quartier où il se trouve. On s’imagine en observant la scène qu’il n’y aura aucun survivant. Mace, Margaery, Loras, Lancel ont très probablement tous péri dans l’explosion de feu grégeois. Un employé murmure au jeune Roi : « Je suis désolé, Votre Grâce » puis sort. Tommen retire sa couronne… et se jette par la fenêtre.

Aux Jumeaux

Les Lannister et les Frey sont rassemblés pour un grand banquet. Walder Frey – l’increvable Walder Frey ! – porte un toast aux Lannister et à leur alliance, souhaitant qu’elle perdure pour vaincre leurs ennemis communs. Il scelle leur collaboration par cette phrase mythique : « Les Frey et les Lannister vous saluent » (souvenez-vous, lors des Noces Pourpres, la phrase « Les Lannister vous saluent » avait été prononcée par Roose Bolton avant l’assassinat de Robb Stark).

Jaime lève son verre pour porter un toast mais on voit bien que le cœur n’y est pas. Une jeune femme vient servir du vin à Bronn mais c’est Jaime qu’elle regarde du coin de l’oeil. Bronn le taquine un peu, lui disant qu’il n’a vraiment rien à faire pour séduire… Jaime semble ne même pas avoir remarqué qu’il plaisait à la jeune servante. Il laisse entendre que Bronn n’a qu’à la séduire mais le chevalier est réaliste et répond qu’elle veut sûrement « sentir ses doigts d’or dans sa chatte ». Ah, la poésie de Bronn…

Deux jeunes femmes les regardent en souriant et en riant et Jaime attire l’attention de Bronn sur elles, en lui disant qu’elles le regardent. « Non, imbécile, c’est toi qu’elles regardent » répond Bronn. « Pas mon style », commente Jaime. « Pas assez blondes ? » interroge Bronn. Jaime prend alors les devants, interpellant les jeunes femmes et leur présentant « Ser Bronn de la Néra ». Bronn le laisse pour aller avec les jeunes femmes.

Jaime est resté seul et l’on voit bien que quelque chose ne va pas. Walder Frey vient s’asseoir à ses côtés et note que tout s’est plutôt bien passé. « Votre père serait satisfait ». « J’en suis sûr », admet Jaime. Walder explique qu’il a remis Edmure dans une cellule, il se refuse à le tuer car c’est son gendre et « ce ne serait pas bien » (oui, les Frey ont un sens moral bien à eux !). « Ça ternit le nom de la famille », ajoute Frey. Jaime remarque que la jeune servante le regarde toujours en coin.

Walder et Jaime évoquent la mort du Silure, tué par des soldats à pied. Jaime veut savoir si le vieux Frey s’est déjà battu et il répond que sa priorité est de se débarrasser de ses ennemis. Il estime y être parvenu. Vivesaigues appartenait aux Tully depuis un millier d’années… et maintenant, le château lui appartient. Il appelle ça une victoire. « Oui, vous êtes un grand conquérant », commente Jaime.

Walder Frey est bien conscient que Jaime se moque de lui et lui rétorque avec acerbité que les Stark, comme les Tully, se sont moqués de lui pendant des années… « et où sont-ils maintenant ? » Il ajoute que Jaime parle de la guerre comme s’il était un expert de la question mais que concrètement, la seule fois où il l’a vu se battre, il s’est fait capturer par Robb Stark. « Mais peu importe, à présent nous sommes là, deux régicides »…

Sauf que Jaime en a visiblement assez entendu. Il déclare à Walder Frey que ce sont les Lannister dont les gens ont peur… et qu’en réalité, c’est grâce à l’intervention des Lannister que les Frey ont pu récupérer un château qu’ils avaient perdu. Il se lève et s’éloigne, laissant le vieux Walder abasourdi.

Jaime Lannister et Walder Frey
Jaime Lannister et Walder Frey

A Port-Réal

Cersei et Qyburn se trouvent au pied du corps de Tommen, couvert d’un linceul. « Montrez-le moi », demande Cersei. Qyburn tente de l’en dissuader mais elle insiste et le mestre déchu soulève le linceul. Puis il lui demande quels arrangements funéraires doivent être envisagés, compte tenu que le septuaire de Baelor est détruit. Qyburn suggère une cérémonie dans la salle du Trône. Cersei répond que Tommen devrait être avec son grand-père, son frère et sa sœur. Elle ordonne qu’il soit incinéré et que l’on disperse ses cendres à l’emplacement du septuaire.

A Villevieille

Samwell Tarly, Vère et le petit Sam arrivent enfin dans la ville où se trouve la citadelle des mestres. Une ville splendide. Samwell va remettre la lettre que lui avait donnée Jon Snow à un homme assis en train de compulser un registre. L’homme paraît très rigide. Il regarde la lettre, compulse à nouveau ses registres et note que selon les informations dont il dispose, Jeor Mormont est le Lord Commandant de la Garde de Nuit. Il n’a pas été informé que Mormont avait été remplacé, il n’a reçu aucun message du mestre de Châteaunoir. Samwell explique que mestre Aemon est tombé très malade peu après l’élection et qu’il est décédé… d’où sa propre présence à Villevieille.

L’homme note que la situation n’est pas conforme au règlement, ce à quoi Samwell répond que la vie ne suit pas toujours le règlement. L’homme l’informe qu’il pourra discuter de ces irrégularités avec l’archimestre. En attendant, il aura le droit d’accéder à la bibliothèque de la Citadelle. « Suivez-moi », ordonne-t-il. Lorsque Vère et Sam tentent de le suivre, l’homme les arrête aussitôt. « Ni femmes, ni enfants ».

Samwell arpente les rangées de livres et finit par déboucher dans une salle spectaculaire, au plafond gigantesque, où les livres s’étalent à perte de vue sur plusieurs étages. Il en reste ému et impressionné…

Dans le Nord, à Winterfell

Jon Snow retrouve avec émotion la salle où se déroulaient les festins, à Winterfell, quand il était plus jeune. Lui n’avait pas le droit de s’asseoir aux côtés des Stark car il n’était pas un enfant légitime. Mélisandre, qui se trouve avec lui, note que ça aurait pu être pire : au moins, il avait une famille… et des festins. Jon reconnaît qu’il y avait pire situation que la sienne.

Ils sont rejoints par Davos, qui jette à Mélisandre la petite figurine de cerf qu’il avait trouvée lors de la bataille des bâtards, un jouet ayant appartenu à la fille de Stannis Baratheon, Shôren. « Expliquez-lui à qui ça appartenait ». Mélisandre décline l’identité de la jeune propriétaire. « Dites-lui ce que vous lui avez fait », ordonne Davos. Mélisandre reconnaît que l’enfant a été brûlée sur un bûcher.

« Vous avez brûlé vive une petite fille ! » reproche Davos, haussant le ton. Mélisandre répond qu’elle a suivi les ordres de son Maître. « Si votre Maître vous ordonne de brûler des enfants, il est mauvais », s’emporte Davos. « C’est grâce à lui qu’on se tient ici. Jon Snow est vivant parce que le Maître l’a voulu » rétorque Mélisandre. Davos hurle en disant qu’il aimait cette gamine comme si c’était la sienne, qu’elle était gentille et que Mélisandre l’a tuée.

Mélisandre refuse toutefois qu’on l’accuse d’avoir « menti ». Elle n’a pas menti, elle s’est trompée dans ses prédictions. « Et combien de gens sont morts parce que vous avez eu tort ? » demande Davos. Il demande à Jon de tuer Mélisandre pour le crime qu’elle vient de confesser.

Davos dans Game Of Thrones saison 6 épisode 10
Davos dans Game Of Thrones saison 6 épisode 10

Jon est resté muet durant tout l’échange et demande à la prêtresse rouge si elle a quelque chose à dire pour sa défense. Mélisandre déclare qu’elle est prête à mourir depuis de nombreuses années et que si telle est la volonté des Dieux, ainsi soit-il. Souvenez-vous, on avait découvert qu’elle était en réalité une très vieille femme, qui dissimulait son apparence réelle grâce au collier qu’elle porte au quotidien. Mélisandre ajoute que Jon a vu le Roi de la Nuit, il sait qu’il va devoir affronter une guerre contre les Autres, il sait que Mélisandre peut l’aider à la gagner.

Jon lui répond : « Partez pour le Sud. Si vous revenez au Nord, je vous ferai pendre ». Davos ajoute qu’il se chargera lui-même de l’exécution. Mélisandre part alors seule sur son cheval dans la neige drue. Jon la regarde s’éloigner de Winterfell depuis les remparts. Sansa l’y rejoint. Jon lui dit qu’il a fait préparer pour elle la chambre qu’occupaient jadis Catelyn et Ned. « Tu devrais la prendre », répond Sansa. « Je ne suis pas un Stark », note Jon. « Pour moi, tu en es un », murmure-t-elle.

Jon lui dit que sans elle, ils n’occuperaient pas le château. C’est parce qu’elle a contacté Petyr Baelish et parce que les chevaliers du val d’Arryn sont intervenus qu’ils ont pu remporter cette bataille. Mais Jon veut éclaircir un point. Il dit à Sansa : « Tu m’as dit que c’était Baelish qui t’avait livrée aux Bolton ». Sansa confirme. Jon s’étonne alors qu’elle lui fasse confiance. « Seul un idiot ferait confiance à Littlefinger », répond la jeune femme. Elle s’excuse de ne pas en avoir parlé à Jon. Jon lui dit avec tendresse qu’ils doivent absolument se faire confiance car ils ont désormais beaucoup d’ennemis, ils doivent présenter un front uni.

Sansa informe ensuite Jon qu’un corbeau est arrivé de la citadelle. Un oiseau blanc. C’est le signe que l’hiver est officiellement arrivé.

A Dorne

On retrouve Ellaria Sand et ses soeurs… face à Olenna Tyrell ! Tout de noir vêtue, elle porte le deuil de ses deux petits-enfants.

Elle commente que la dernière fois qu’un Tyrell est venu à Dorne, il s’est fait assassiner… par 100 scorpions rouges. Ellaria répond qu’elle n’a rien à craindre. « Vous avez assassiné votre propre prince et vous vous attendez à ce que je vous fasse confiance ? » s’étonne la vieille dame avec son franc-parler habituel. Obara intervient : « On vous a invitée à Dorne parce que nous avions besoin de votre aide. Et vous êtes venue à Dorne parce que vous avez besoin de notre aide ». Olenna lui redemande son prénom et lui dit qu’elle ressemble à un petit garçon en colère. Puis elle ajoute : « Ne croyez pas savoir ce dont j’ai besoin ».

Nymeria s’apprête à intervenir mais Olenna la fait taire avant qu’elle n’ait le temps de dire quoi que ce soit. Elle demande ensuite à Tyene si elle a quelque chose à dire mais lorsqu’elle ouvre la bouche, Olenna lui cloue le bec en lui disant de laisser les adultes discuter entre elles.

Ellaria, qui siège, explique alors que les Lannister ont déclaré la guerre à la maison Tyrell, tout comme ils sont entrés en guerre contre Dorne. Selon elle, Dorne et les Tyrell doivent donc s’allier s’ils veulent survivre. Olenna répond que Cersei l’a privée de tout futur. Elle a tué son fils, son petit-fils, sa petite-fille. « La survie n’est pas ce que je recherche actuellement », ajoute-t-elle. Ellaria répond qu’elle a mal choisi ses mots mais qu’elle peut lui offrir ce que son coeur désire. « Et que désire mon coeur ? » demande Olenna.

Ellaria sonne une cloche en disant qu’elle peut lui offrir la vengeance et une silhouette fait son apparition… Une silhouette qui n’est nulle autre que Varys : « Du feu et du sang », promet-il.

A Meereen

Daario vient informer Daenerys que ses bateaux sont presque prêts. Les voiles sont en train d’être peintes. Daario explique qu’il a hâte de voir comment les Dothrakis vont s’en sortir en mer, eux qui sont un peuple de nomades à cheval. Mais Daenerys lui coupe le sifflet en lui annonçant qu’il ne fera pas partie du voyage. « Nouvelle stratégie ? » questionne-t-il. « Vous voulez que les Puînés attaquent depuis la côte ouest ? » Il émet l’idée d’attaquer Castral Roc… de manière à empêcher les Lannister de s’y réfugier lorsque Daenerys et son armée arriveront à Port-Réal.

Mais Daenerys a une autre idée en tête : elle lui ordonne simplement de garder Meereen en paix jusqu’à ce que le peuple choisisse ses propres leaders. Daario est furieux de cette décision, il se fiche du peuple autant que de Meereen comme il le rappelle à Daenerys, tout ce qui l’intéresse est d’être à ses côtés. Daenerys lui rappelle qu’il lui a juré fidélité… et qu’elle lui donne un ordre.

Daenerys Targaryen
Daenerys Targaryen

Elle ajoute que si elle veut régner sur Westeros, elle devra conclure des alliances… et que la meilleure manière de le faire reste encore le mariage. Si ce n’est pas une rupture, ça y ressemble car elle fait comprendre à Daario Naharis que sa présence pourrait compromettre de tels mariages. « Et qui allez-vous épouser cette fois-ci ? » demande-t-il. « Je ne sais pas, peut-être personne », explique la Reine. « Mais vous devez attirer toutes les nobles maisons autour de la table… » devine Daario. « Vous êtes une reine ou un appât ? »

Daenerys lui dit, plus clairement, qu’elle ne peut pas arriver à Westeros avec un amant. Daario lui réitère son amour et lui dit qu’il se fiche de savoir quel homme sera « officiellement » à ses côtés. Il veut juste partir avec elle parce qu’il l’aime et qu’il sait qu’il la rend heureuse. Il veut se battre pour elle. Mais Daenerys campe sur ses positions et lui répond qu’elle ne peut pas l’emmener. Daario pense que c’est Tyrion qui a fomenté toute cette stratégie mais Daenerys lui rétorque qu’elle ne se laisse dicter sa conduite par personne.

Elle indique que la Baie des Esclaves sera renommée en « Baie des Dragons » maintenant que l’esclavagisme y a été aboli. Daario lui souhaite bonne chance et ils se disent au revoir.

Daenerys rejoint Tyrion dans la salle principale de la Grande Pyramide. « Alors, comment l’a-t-il pris ? » demande le nain, en train de siroter un verre de vin comme à l’accoutumée.

Tyrion Lannister
Tyrion Lannister

« Pas de larmes », répond Daenerys. « Je sais que c’est dur pour vous », commente Tyrion, notant qu’elle a dû renoncer à un homme qu’elle aimait juste parce qu’elle savait que ça lui porterait préjudice à Westeros. C’est le genre de sacrifice, poursuit-il, qui caractérise les grands chefs. Voilà qui ne console pas beaucoup Daenerys, qui reconnaît que Tyrion n’est pas très doué pour consoler les autres… Elle vient s’asseoir à ses côtés. Tyrion la questionne sur ce qu’elle ressent à l’heure où tout est en train de prendre forme : elle a son armée, ses dragons, ses bateaux, tout ce qu’elle a toujours voulu avoir… Il lui demande si elle a peur et elle acquiesce sans mot dire.

Tyrion lui dit que c’est une bonne chose, que c’est normal d’avoir peur quand on entre dans un jeu comme celui-là… car c’est un jeu terrifiant. Ceux qui n’ont pas peur sont les fous, comme l’était Aerys Targaryen. « Vous savez ce qui m’effraie ? » demande Daenerys. « J’ai dit adieu à un homme qui m’aime, un homme dont je pensais me préoccuper… et je n’ai rien ressenti. A part l’impatience que ce soit terminé ».

« Il n’a pas été le premier à vous aimer et ne sera pas le dernier », commente Tyrion. Elle se lève en lui disant que décidément, il n’est pas doué pour consoler les autres. Tyrion lui explique qu’il a toujours été cynique, qu’on lui a toujours demandé de croire en des tas de choses : la famille, les Dieux, les Rois, lui-même… Il a refusé toute croyance et pourtant, il croit en elle même s’il ne peut pas lui promettre son épée puisqu’il n’a pas d’épée.

Daenerys lui répond que c’est de ses conseils qu’elle a besoin, pas qu’il se batte. Elle sort alors un insigne qu’elle a fait graver pour lui… et l’on reconnaît l’insigne de « Main du Roi ». Elle nomme Tyrion « Main de la Reine » et il s’agenouille devant elle.

Aux Jumeaux

Walder Frey est en plein dîner quand la servante qui avait regardé Jaime Lannister lui apporte une tourte. « Tu n’es pas [une de mes filles], toi ? » La jeune femme confirme et le vieux Walder lui tape alors sur les fesses en commentant. « Trop jolie pour ça ». Il demande où sont ses fils, Black Walder et Lothar Frey, qui avaient promis d’arriver le midi. « Ils sont là, Messire », déclare la servante. « Eh bien, qu’est-ce qu’ils font ? Ils se taillent les poils du cul ? »

La servante répète qu’ils sont là. Étonné, Walder Frey scrute la pièce, pensant ne pas avoir vu ses fils. La servante finit par lui montrer la tourte. « Ils sont là, Messire », répète-t-elle. Walder Frey vient de manger une part d’une recette cuisinée avec la chair de ses propres enfants. La servante retire alors son visage… et l’on découvre que c’est Arya Stark en personne. Elle annonce à Walder que la dernière chose qu’il verra avant de mourir, c’est un Stark en train de sourire… et elle lui tranche la gorge, le regardant s’étouffer dans son propre sang.

A Winterfell

Petyr Baelish rejoint Sansa, qui est assise près du vieux barral où sa famille venait prier quand elle était enfant. Elle explique qu’elle priait alors souvent pour être ailleurs. Elle pensait à ce qu’elle voulait et jamais à ce qu’elle avait déjà. « J’étais une fille stupide ». « Vous étiez une enfant », corrige Baelish. « Que voulez-vous ? » lui demande Sansa.

Baelish lui confie alors qu’il est guidé par une seule image : il se voit sur le Trône de Fer avec Sansa à ses côtés. Il se penche vers elle… mais Sansa le repousse, en lui disant que c’est une belle image. Puis elle commence à s’éloigner et Baelish lui indique que la nouvelle de la bataille va vite se répandre dans le royaume et qu’il sert la maison Stark. Mais Sansa n’est plus la petite fille naïve qu’elle a été et elle lui répond qu’elle pense qu’il ne sert que lui-même car par le passé, il a déjà affirmé servir d’autres maisons… Sa loyauté est changeante.

Baelish tente de la convaincre qu’elle est plus légitime que Jon, un « bâtard du Sud sans mère », elle qui est une vraie Stark. Sansa ne répond rien et s’éloigne.

Dans le Nord

Encore plus au Nord, Benjen a ramené Bran et Meera près du Mur et leur annonce que leurs chemins vont se séparer là. « Vous ne venez pas avec nous ? » demande Meera. « Le Mur n’est pas fait que de pierre et de glace », explique Benjen. Il raconte que le Mur est aussi protégé par des sortilèges très anciens, empêchant les morts de passer. Comme il a lui-même été secouru alors qu’il était déjà mort, il ne peut pas le franchir.

Il porte Bran, le faisant descendre du cheval et allant le coucher sous un barral. Meera lui demande ce qu’il va faire à présent et il explique qu’il se bat encore pour les vivants et qu’une guerre se prépare, il fera son possible pour les aider de là où il se trouve, aussi longtemps qu’il le pourra. Puis il leur souhaite bonne chance et s’éloigne.

L’attention de Bran est alors attirée par le visage sculpté dans le tronc du barral. Meera, inquiète, l’aide néanmoins à se hisser tout près du visage. Elle lui demande s’il est prêt pour ça et Bran répond qu’il n’a pas le choix. Désormais, il est la Corneille à Trois Yeux. Il pose sa main sur le visage et est aussitôt happé par une vision.

Il revoit son père à la Tour de la Joie… Ned Stark entend un cri, celui de sa soeur Lyanna sans doute. Il se précipite dans la Tour et la découvre couchée, couverte de sang et mourante. Elle lui chuchote quelque chose à l’oreille et l’on entend : « Si Robert l’apprend… » « Tu dois le protéger… » « Promets-moi, Ned »… Une servante apporte alors un nouveau-né : Jon Snow.

Bran Stark dans le dernier épisode de la saison 6
Bran Stark dans le dernier épisode de la saison 6

A Winterfell

Tout le monde, Sauvageons et chevaliers du val d’Arryn, est réuni dans la grande salle du château. Il y a des dissensions quant à l’idée d’une alliance avec les Sauvageons. Baelish, silencieux, observe la scène tandis que Jon défend les Peuples libres en disant que selon son père, c’est sur le champ de bataille que l’on détermine qui sont ses amis. Certains pensent que la guerre est terminée, ils veulent rentrer chez eux pour l’hiver qui promet d’être le plus rigoureux que l’on ait vu depuis longtemps. Jon répond que la guerre n’est pas terminée, laissant entendre qu’une pire guerre les attend.

La jeune Lyanna Mormont se lève à son tour pour prendre la parole. « Lord Manderly », déclare-t-elle, « votre fils a été massacré lors des Noces Pourpres et pourtant, vous avez refusé d’entendre l’appel [des Stark] ». Elle s’adresse de la même manière à Lord Glover et à Lord Cerwyn (dont le père a été écorché vif par Ramsay Bolton), rappelant qu’aucun d’entre eux n’a porté secours aux Stark. « Mais la maison Mormont se souvient. Le Nord se souvient », conclut-elle. Elle ajoute que le Roi du Nord est un Stark… et peu importe si c’est un bâtard, du sang Stark coule dans ses veines. Pour elle, Jon Snow est le Roi et elle lui prête allégeance.

Lord Manderly se lève à son tour et explique que s’il n’a pas voulu se rallier aux Stark, c’est parce qu’il était convaincu de ne pas retrouver un Roi du Nord et qu’il ne voulait plus que des Manderly meurent pour rien, comme ce fut le cas de son fils. « J’ai eu tort… Jon Snow nous a vengés des Noces Pourpres ». Il tire son épée, s’agenouille devant Jon et le reconnaît comme le Roi du Nord tandis que Baelish, dans un coin, rumine. La maison Glover se rallie à son tour à Jon et les hommes exultent, sortant et levant leurs épées en l’honneur de Jon Snow.

Jon se lève, sans voix, tandis que Sansa sourit… Elle voit Baelish qui n’a pas joint sa voix à celles des autres pour crier « Le Roi du Nord ! » Qu’a-t-il en tête désormais ?

A Port-Réal

Jaime et Bronn reviennent à Port-Réal et en approchant de la ville, découvrent le gigantesque incendie qui la ravage et le quartier détruit par le feu grégeois. Jaime a peur.

Bronn et Jaime Lannister dans le dernier épisode de la saison 6
Bronn et Jaime Lannister dans le dernier épisode de la saison 6

Il rejoint la salle du Trône et, depuis la galerie, voit Cersei se diriger vers le Trône de Fer. Qyburn – qui porte l’insigne de Main du Roi – la couronne Reine du Royaume des Sept Couronnes et elle s’assoit sur le Trône, échangeant un simple regard avec Jaime sans qu’il soit possible de discerner ce que l’un ou l’autre pense. Jaime, lui, comprend sans doute qu’il ne reverra pas son fils Tommen en vie…

Sur la mer

La flotte impressionnante de Daenerys est en marche, accompagnée par le vol des dragons… Theon et Yara partagent un bateau et sur son propre navire, Daenerys est aux côtés de Tyrion, Varys et Missandei, enfin en route vers Port-Réal

La flotte de Daenerys en route vers Westeros
La flotte de Daenerys en route vers Westeros

Et l’histoire continue… dans la saison 7 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *